Montessori : une éducation pour (re)connecter l’enfant à la Nature

“La nature nous enseigne les choses de la vie: apprenons à suivre ses enseignements !“ (Montessori : 2003, p.139).

De plus en plus de parents semblent vouloir un autre monde pour leurs enfants, où le respect des ressources de la planète serait au cœur d’un nouveau mode de vie, d’un modèle de développement durable. On parle de révolution verte. 

Mais cette révolution ne peut se faire sans l’enfant.

Pour Maria Montessori, il est l’agent cosmique de “l’évolution du genre humain“ et “permet le développement de la civilisation“ (Montessori : 2005, p.80). Aussi, pour respecter et défendre la nature, il doit la connaître.

Or, depuis des décennies, les enfants sont progressivement éloignés de la nature. 

A de rares exceptions près, on ne la vit plus, on ne l’enseigne plus, à tel point que l’auteur Richard Louv parle de désordre lié au manque d’exposition à la nature (nature deficit disorder® http://richardlouv.com/blog/what-is-nature-deficit-disorder/).

Ce manque d’exposition à la nature contribuerait chez les enfants à une diminution de l’utilisation de leurs sens, une capacité d’attention amoindrie, favoriserait l’obésité et participerait à l’augmentation de troubles physiques et émotionnels (ibid).

Pour Maria Montessori, la nature doit être au cœur de l’éducation

Maria Montessori a passé une grande partie de sa vie à étudier les biologistes et botanistes de son époque en particulier Hugo De Vries et Jacques Loeb. De ces études et de ses propres observations d’enfants, elle découvre ce qu’elle appellera plus tard les périodes sensibles, à la base de sa théorie du développement de l’enfant de 0 à 6 ans. Cette période est marquée par un apprentissage exceptionnel du jeune enfant qui absorbe tout de son environnement immédiat (Montessori : 2018, p.64).

Hygiène physique, mentale et spirituelle

La nature permet de développer et affiner les sens de l’enfant en donnant une raison au mouvement, à l’activité. Elle permet ainsi le développement de l’endurance physique. Monter au sommet d’une colline permet d’avoir un point de vue unique, et il faut déployer beaucoup d’énergie pour y arriver.

L’enfant doit également faire preuve de force morale et de courage pour atteindre le but visé. Un grand effort physique participe donc au développement de la confiance et à l’estime de soi, en plus de la persévérance. Les parallèles avec le travail à l’école deviennent alors évidents.

Souvent les longues balades sont aussi l’occasion de se parler à soi-même. Elles permettent le développement d’une vie intérieure, ce qui aura tendance à rendre l’enfant plus calme.

Développement moral 

Les jeunes enfants ont une bienveillance naturelle mais celle-ci doit être entretenue et développée. Pour cela, Maria Montessori suggère de prendre soin d’animaux et de plantes quotidiennement (Montessori : 1958, p.57).

La liberté : condition favorable à la vie

Selon Maria Montessori, le développement de l’enfant est optimal à condition qu’il soit libre.  Cela étant, elle ne parle pas d’une liberté anarchique. Au contraire, elle est fondée sur “des limites et des lois absolues“ (Montessori : 2013, p.5). Maria Montessori définit le concept de liberté comme un concept biologique, c’est-à-dire, qui respecte “les conditions favorables à la vie“ afin d’assurer le développement physique et psychique de l’enfant, le plus naturellement possible (ibid).

Révéler la nature de l’enfant de 6 à 12 ans : l’Éducation Cosmique

Entre 6 et 12 ans, la nature prend tout son essor, elle est au cœur de l’Education Cosmique, terme employé par Maria Montessori pour définir son projet pédagogique au second plan de développement.

A un âge où l’imagination et l’intelligence explosent, la nature est présentée de façon grandiose : si c’est la force créatrice à qui tout obéit, elle suit des Lois précises. Il développera ainsi ses connaissances du vivant et du non vivant, tout en faisant naître chez lui, amour de la nature, gratitude, et autodiscipline.

Maria Montessori nous explique également que chaque élément sur Terre a une tâche cosmique (Montessori : 2005, p.80), c’est-à-dire, un rôle bien précis à jouer qui contribue à maintenir la nature en équilibre. Si un maillon de la chaîne se rompt, la vie peut disparaître. Cette vision globale incite l’enfant, puis l’adulte qu’il sera, à réfléchir à sa propre tâche cosmique et à celle de l’être humain sur Terre (Montessori :1971, p.10-11). 

Vivifier l’apprentissage

Pour Maria Montessori, l’apprentissage ne se fait pas uniquement entre les quatre murs d’une classe, aussi élaboré soit le matériel.  Il faut “vivifier l’apprentissage“ en sortant, au cœur de la nature (Montessori : 2004, p.45). Pour cela, les enfants ont besoin à tout âge d’un jardin, d’un potager, d’une forêt à proximité et de faire des petites sorties dès 6/7 ans. 

Nature et Paix

A l’heure où les pédagogues n’ont d’yeux que pour les neurosciences, la nature a surement une place plus importante à prendre dans l’éducation. Maria Montessori s’est inspirée de la nature et de ses lois pour servir une éducation à la paix qui réponde aux besoins de l’enfant à chaque stade de développement. La paix c’est aussi respecter et aimer l’environnement dans lequel on vit, vivre en harmonie avec lui. Pour cela, il faut apprendre à le connaître dès le plus jeune âge.

Aujourd’hui, une prise de conscience collective semble se dessiner quant à un nécessaire changement de modèle de développement.

On montre dans nos classes Montessori comment la nature et l’Être Humain mènent au progrès en trouvant des solutions durables aux problèmes.

Nul doute que les enfants d’aujourd’hui seront les agents cosmiques de ces changements à venir afin de garantir l’équilibre de notre belle Terre bleue.

Références

Montessori, Maria. 1958. La découverte de l’enfant. Pédagogie scientifique, Tome 1. Paris: Desclée de Brouwer. 

Montessori. Maria. 1971. The Four Planes of Education. Amsterdam: AMI, edited by Mario Montessori

Montessori, Maria. 2003. Eduquer le potentiel humain. Paris: Desclée de Brouwer. 

Montessori, Maria. 2004. De l’enfant à l’adolescent. Paris : Desclée de Brouwer.

Montessori, Maria. 2005. La formation de l’homme. Paris: Desclée de Brouwer.

Montessori, Maria. 2018. L’enfant. Paris: Desclée de Brouwer.

Montessori, Maria. 2013. Le concept biologique de la liberté. The 1913 Rome Lectures, First international training course, Amsterdam : Montessori-Pierson Publishing Company, p. 54-61, traduction française, B Dubuc, 2016.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 − 1 =